Rappel de l’épisode précédent : Lettre de la morte


Très chère morte,

Je trouve cela un peu fort de café de me suggérer d’aimer la vie quand on sait ce que tu as fait de la tienne. Excuse-moi de ne pas te ménager mais tu es morte, m’abandonnant à ton paradoxe. Merci bien pour ce cadeau, cette malédiction.

Une chance effectivement que j’ai un sens certains de l’humour, humour que je ne tiens visiblement pas de toi. Une lettre de l’au-delà et pas la moindre plaisanterie ? Sérieusement, on ne peut pas parler de choses aussi terribles sans humour… C’est inadmissible quand on connait les vertus d’une boutade à l’ancienne.

Ainsi donc c’est à moi que tu confies le difficile partie de la vie ? Moi, le désastre émotionnel sur jambes ! Ah, je ne sais pas ce qui me retient de mourir et de te botter les fesses !

Cela dit, tu as de la chance, j’aime les défis.
Je vais donc vivre, affronter le marasme et tenter d’être l’heureuse génération sauvée.

Mais que faire de l’ombre ? Peu semblent vouloir me faire confiance là où tu as échoué.

E.

0